Le troisième indic

À quoi ressemble l’existence d’un traître patenté ? Alexandre Kauffmann a partagé pendant une année le quotidien d’Ayoub, un escroc qui fume du crack, et de Lakhdar, un ancien proxénète vendant de la mauvaise cocaïne. Ces indics à la petite semaine renseignent la police judiciaire parisienne depuis plus d’une décennie, dénonçant des pickpockets, des dealers, des marchands d’armes, mais aussi des membres de leur propre famille.

Alexandre Kauffmann a suivi ces informateurs dans leurs affaires comme dans leur intimité, révélant, à force, une part d’humanité bien cachée. Au risque d’être considéré par ces délateurs professionnels comme un des leurs.